DISCOURS D’OUVERTURE

Par Mgr Pierre NGUYỄN VĂN NHƠN

Président de la Conférence Episcopale du Vietnam

 

Eminences, Excellences,

Chers Hôtes Distingués de notre Eglise,

Chers Frères et Sœurs,

En ce moment historique, la paroisse de Sở Kiện de l’Archidiocèse d’Hanoi est vraiment devenue le cœur de l’Eglise au Vietnam. La Conférence Episcopale du Vietnam toute entière est en effet ici présente. Nos Hôtes distingués venant de différents horizons sont aussi présents. Des centaines de Prêtres, de Religieux et Religieuses, des milliers de Fidèles laïques représentant tous les diocèses du pays sont là. Et des millions de fidèles catholiques présents dans toutes les régions du pays et à l’étranger tournent également leurs cœurs vers ce lieu. Oui, en ce moment historique, la Paroisse de Sở Kiện est assurément le cœur de notre Eglise. Jamais auparavant nous n’avons eu la grâce de vivre le mystère ecclésial de cette manière spéciale en ce lieu, c’est-à-dire de vivre le mystère du Peuple de Dieu unifié et rassemblé. Il convient donc tout d’abord de nous serrer la main en échangeant le souhait de paix ainsi que des sourires amicaux pour saluer ce grand Jour de grâce.

Chers Frères et Soeurs,

1. De partout nous nous sommes rassemblés ici pour célébrer l’Ouverture de l’Année Jubilaire 2010. Ce “Kairos” nous invite à jeter un regard sur l’itinéraire historique parcouru par l’Eglise du Christ dans notre chère patrie : c’est lorsque les premiers Missionnaires entamèrent leurs pas aventureux sur le sol vietnamien il y a à peu près cinq cents ans, que la Bonne Nouvelle du Christ fut proclamée pour la première fois sur notre terre natale, et qu’elle se propagea de jour en jour grâce à Dieu jusqu’en 1659, où, il y a exactement 350 ans, deux premiers Vicariats Apostoliques furent créés au Vietnam. Puis, s’appuyant toujours sur le cours de l’histoire, l’Eglise se développa de plus en plus jusqu’au 24 novembre 1960, date où le Bienheureux Pape Jean XXIII établit la Hiérarchie Catholique au Viêtnam par une Constitution Apostolique. Il marquait ainsi la maturité de l’Eglise du Christ dans notre pays.

C’est par un tel regard embrassant notre itinéraire historique que nous découvrons combien le mystère de l’Eglise est contenu en germe dans le tout petit grain de sénevé (cf. Lc 13,18-19) : jeté en terre, il enfonce profondément ses racines dans l’humus de la foi, il ne cesse de croître dans l’espérance pour devenir un grand arbre. Il couvre de son ombre d’amour d’une fraicheur inouïe des millions d’êtres humains et devient ainsi l’une des Eglises les plus peuplées d’Asie. Ce mystère s’origine en Dieu Lui-même, qui nous a donné son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, comme étant le Bien inestimable, et qui nous a envoyé son Esprit tout-puissant pour guider les pas des Missionnaires en les incitant à semer la Bonne Nouvelle dans notre terre natale. Ce rappel du passé historique de notre Eglise locale nous invite à entonner à haute voix le chant du psalmiste : “Rendez grâce à Dieu, car il est bon, car éternel est son amour” (Ps 118,1).

2. Parallèlement aux actions de grâces envers le Seigneur, nous voulons témoigner notre gratitude à l’égard de nos Ancêtres, de nos Bienfaiteurs et des Témoins héroïques de la Foi. Si le petit grain de sénevé bourgeonne et se lève sous les rayons de la grâce divine, il est en même temps arrosé du sang des Martyrs, tel un jet d’eau pure et féconde. Il est aussi arrosé des gouttes de sueur de nos Ancêtres et de nos Bienfaiteurs comme preuve de leurs sacrifices. C’est pour cette raison, que, d’une part, sur proposition de Monseigneur l’Archevêque d’Hanoi, la Conférence Episcopale du Vietnam a consenti au choix de ce lieu pour organiser la Fête d’Ouverture de l’Année Jubilaire, car c’est ici, à la Paroisse de Sở Kiện que l’on conserve de nombreuses reliques des Saints Martyrs du Vietnam. C’est d’autre part pour exprimer notre gratitude envers nos Bienfaiteurs que nous avons invité à cette fête les Cardinaux et les Evêques représentant tous les pays qui ont contribué et contribuent encore à l’édification et au développement de notre Eglise.

3. C’est en exprimant notre profonde reconnaissance envers nos Ancêtres que nous prenons conscience du don inestimable de la Foi que Dieu nous a accordée par amour et dans Son Fils Unique bien-aimé et que le sang des Saints Martyrs a fait croître. Il s’ensuit que nous devons tenir en haute estime ce don de la Foi et construire ensemble l’Eglise en vue d’un développement selon le cœur de Dieu.

Le Seigneur veut en effet que nous fassions de l’Eglise une famille de Dieu, dont les membres s’aiment et vivent en paix et dans l’unité comme frères et sœurs. Le cadre de cette Fête d’Ouverture de l’Année Jubilaire exprime plus que jamais ce sens ecclésial. Venant des vingt-six diocèses répartis dans toutes les provinces et les villes du pays, et représentant tous les états de vie dans le Peuple de Dieu, nous formons une communauté nombreuse et unie. Nous sommes nombreux à communier au même Pain et au même Calice Eucharistiques, et nous formons tous un seul Corps, unis entre nous et unis au Christ (cf. 1Cor 10,17). Cette communion Eucharistique doit s’exprimer concrètement dans la vie quotidienne sur le modèle de l’Eglise primitive dans laquelle la multitude de ceux qui étaient devenus croyants n’avait qu’un cœur et qu’une âme ; et ils étaient tous assidus à l’approfondissement de la doctrine de la Foi, à la fraction du pain et aux prières ; et ils partageaient toutes choses ensemble (cf Ac 2,42-46; 4,32). C’est ce que nos Ancêtres ont vécu de toute leur force. Cette célébration qui a lieu dans l’Archidiocèse d’Hanoi, rappelle à notre mémoire la première communauté chrétienne de Thang Long, où les croyants vivaient dans une telle unité et une telle charité que leurs concitoyens non-chrétiens les appelaient “les adeptes de la Religion de ceux qui s’aiment”.

La célébration de l’Année Jubilaire nous invite et nous incite en même temps à construire ensemble une Eglise de communion : une Eglise dans laquelle chaque membre est prêt à “sentir avec l’Eglise” (sentire cum Ecclesia) en accueillant les joies et les souffrances de son Eglise comme siennes ; une Eglise dans laquelle chaque membre se sent tout autant aimé et pris en charge qu’il se sent lui-même responsable des autres et de l’intérêt commun de l’Eglise tout entière. C’est de cette manière qu’il concrétise sa condition de disciple authentique du Seigneur qui a dit : “Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés” (Jn 15,12) et “à ceci tous vous reconnaitront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres” (Jn 13,35).

4. D’autre part, le don de la Foi que le Seigneur nous a accordé, doit être aussi partagé aux autres, particulièrement à nos concitoyens qui vivent avec nous dans le même pays, partagent avec nous la même histoire et la même destinée liée à la terre natale. Pour autant que nous ayons conscience du grand don de la Foi et que nous aimions sincèrement nos concitoyens, nous nous sentons poussés à leur annoncer Jésus-Christ et son Evangile, à imprégner la réalité de notre vie quotidienne des valeurs évangéliques, selon le commandement du Seigneur Lui-même : “Vous êtes le sel de la terre …, vous êtes la lumière du monde” (Mt 5,13-14).

Le meilleur moyen qui nous aide à accomplir cette mission consiste à construire notre vie sur le fondement évangélique. Pour parler concrètement, et selon l’exhortation de Sa Sainteté le Pape Benoit XVI, que chaque famille catholique devienne à partir de cette Année Jubilaire tout autant une école de foi et d’amour qu’un foyer de valeurs et de vertus humaines. Que chaque fidèle catholique s’efforce de mener une vie en accord avec une conscience droite, une vie basée sur la charité, l’honnêteté et l’amour du bien commun, contribuant ainsi à construire une société juste, solidaire et équitable, pour répondre à l’aspiration de tous et leur montrer la beauté et les valeurs positives de la Religion Chrétienne.

Chers Frères et Sœurs,

L’Eglise du Christ sur terre est une Eglise itinérante comme une communauté en route vers le Royaume des Cieux comme étant son but ultime mais pas encore atteint. C’est ce qui explique le fait que nous, catholiques, aussi bien individuellement que communautairement, nous n’avons pas réussi à éviter toutes les fautes et les omissions. Nous reconnaissons donc humblement ces fautes et ces omissions et nous en demandons sincèrement pardon à Dieu et à tous, afin de pouvoir avancer, avec un cœur serein et un esprit rempli de force, sur le chemin missionnaire qui nous mène jusqu’à nos concitoyens, nos frères et nos sœurs, pour leur annoncer Jésus-Christ et son Evangile.

Avec les sentiments de gratitude et le ferme propos de construire l’Eglise selon le cœur de Dieu, et avec le regard plein de confiance tourné vers l’avenir, au nom de la Conférence Episcopale du Vietnam, je déclare solennellement l’OUVERTURE DE L’ANNÉE JUBILAIRE 2010 DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE AU VIETNAM.

Sở Kiện, le 24 novembre 2010

En la Fête des Saints Martyrs du Vietnam

 

 

 

 

 


Kim Khánh Giáo Phận